LE «CONTRIBUTIONISME» : LE SYSTÈME SOCIO-ÉCONOMIQUE DU NOUVEAU PARADIGME

michael-tellinger-3b
Michael Tellinger, Fondateur du Mouvement de Libération Ubuntu

Par Michael Tellinger

Une piqûre de rappel pour nous maintenir sur le droit chemin ; ces textes ont été publiés sur http://bibicabaya.com le 05 août 2014.

Traduit de l’anglais par Sylvie C. Buisson (mai 2014)

 

.

INTRODUCTION AU «CONTRIBUTIONISME»

.

PREMIÈRE PARTIE

Ceci est l’introduction au contributionismei : une introduction courte et concise. Je suis Michael Tellinger et j’aimerais vous présenter un nouveau concept nommé le contributionisme. Qu’est-ce que le contributionisme ? Le contributionisme est un concept que j’étudie depuis quelques années ; c’est un nouvel ordre sociopolitique que j’aime à appeler le « Nouvel Ordre Mondial » pour voler la vedette à l’élite qui nous contrôle, les Illuminati si vous préférez les appeler ainsi. Une nouvelle structure sociopolitique qui est totalement différente de tout ce dont nous avons fait l’expérience jusqu’ici.

Tous les systèmes sociopolitiques que nous avons eus en tant qu’espèce ont échoué ; pas juste échoué, mais échoué de façon dramatique. Et nous devons être sages, nous devons être forts et nous devons être intelligents, et réaliser que nous ne pouvons pas continuer sur la voie que nous avons empruntée pendant les six derniers millénaires. Nous avons besoin de quelque chose de nouveau, de quelque chose de frais. Quelque chose que nous n’avons jamais essayé auparavant parce que tout ce que nous avons essayé auparavant a échoué tellement lamentablement que nous nous retrouvons aujourd’hui dans cette terrible ornière en tant qu’espèce sur cette planète. Et ce n’est pas un joli tableau vraiment.

Le contributionisme est conçu pour un monde post-apocalyptique, post-capitaliste et post-consumériste dans lequel les gens embrassent la spiritualité, dans lequel ils adhèrent à et comprennent l’élévation de la conscience et notre croissance vers le Créateur Universel, ou notre Source, ou le Créateur Divin, ou Dieu, et comprennent que le contributionisme est un système spirituel qui va au-delà de la structure sociopolitique dans laquelle nous avons fonctionné jusqu’à présent. Donc, ce n’est pas un concept facile à expliquer, mais ce qu’il importe d’essayer de saisir d’emblée c’est qu’il est basé sur un principe d’unité.

Nous avons été tellement traumatisés en tant qu’espèce par ce qu’on nous a constamment raconté : que nous sommes différents, que nous sommes séparés, que nous ne sommes pas pareils, que d’autres sont différents de nous, que nous sommes ces individus uniques, et ça c’est le traumatisme qui fait que nous sommes si séparés, si seuls, si stressés en tant qu’espèce. Et la seule façon de surmonter cela est de réaliser, comme l’a dit [un philosophe], que le nombre d’esprits dans l’univers est UN. Et pas seulement lui, mais beaucoup d’autres grands scientifiques, des physiciens et des philosophes du passé ont dit que Dieu est l’esprit unique et que nous faisons tous partie du Créateur ; nous sommes le nombre infini du Créateur qui formons cette belle planète et les êtres dans cet univers. Et le contributionisme est basé sur ce principe simple que nous ne sommes pas séparés, mais que nous sommes tous UN.

Et une fois que cela est intégré, c’est tellement plus facile de franchir le pas pour sortir de cette prison en laquelle nous sommes conditionnés à croire : la prison de l’argent, la prison du capitalisme, la prison du consumérisme : cette chose dégoûtante qui nous a happés, le consumérisme : achetez, achetez, achetez plus de métal brillant, plus de ceci, plus de cela, plus de choses dont nous n’avons pas besoin, et nous séparer de Dieu, nous séparer de la Source à cause de toutes ces choses que nous désirons, et nous en oublions le grand tableau ainsi que le concept et l’idée de nous élever et d’accroître notre conscience.

Donc, une fois que nous réalisons que nous sommes UN, c’est beaucoup plus facile d’absorber et d’embrasser le contributionisme, c’est plus facile d’embrasser le contributionisme par lequel chacun contribue à son niveau pour le plus grand bénéfice de tous. C’est un principe très simple mais qui comprend quelques structures fondamentales importantes qui sont très basiques mais très saines et vous serez étonnés —et avec un peu d’espoir quand vous aurez visionné toutes les vidéos et les petits clips sur lesquels je suis en train de travailler— vous serez étonnés de voir à quel point c’est simple et facile d’implémenter cette structure sociopolitique. Il suffit de croire et de comprendre qu’il nous faut sortir de ce paradigme capitaliste et consumériste.

Voilà, c’est la fin de ce premier petit clip d’introduction. J’espère que vous apprécierez le suivant. »

Fin de la première partie.

Source : https://youtu.be/YsGtTdjGVa4


DEUXIÈME PARTIE

Bonjour, je suis Michael Tellinger, et je suis jusqu’ici l’auteur de trois livresii : Slave species of God, Adam’s Calendar et mon nouveau livre qui sera sous presse bientôt pour une publication en 2010 s’intitule Temples of the African Gods. La raison pour laquelle je partage cela avec vous c’est parce qu’il est évident que j’ai été obnubilé et très intéressé par les origines du genre humain et de l’histoire antique de l’Homme et de tout ce qui s’y rapporte. Et pendant que je faisais des recherches dans tout plein d’ouvrages et dans l’histoire des origines humaines, etc., je suis tombé sur des informations vraiment intéressantes et j’ai lu des conclusions qui sont vraiment très troublantes. J’ai besoin de partager ces informations avec vous parce qu’il semble, et la preuve va dans ce sens, que la race humaine a été manipulée et contrôlée pendant des milliers et des milliers d’années. Elle a été contrôlée de façon si subtile que ce n’est pas évident et cela se fait à notre insu par un petit noyau de membres de l’élite qui a organisé et mis en place des techniques et mécanismes éminemment subtils de contrôle pour nous maintenir asservis et garder leur mainmise sur nous sans que nous ne réalisions le projet global et la portée de l’univers et de la vie dans l’étendue de l’univers.

Une fois de plus, la raison pour laquelle je mentionne tout cela c’est qu’il faut que je vous initie à un concept auquel je me réfère en tant que contributionisme. Le contributionisme par opposition au capitalisme, par opposition au communisme, par opposition au fascisme, par opposition au consumérisme est un système sociopolitique totalement nouveau dont je voudrais vous faire la présentation et dont je voudrais partager les principes fondamentaux sous peu.

Il est évident et cela fait mal de constater que tous les systèmes sociopolitiques que nous avons eus ces 6 000 dernières années —depuis l’émergence de notre soi-disant civilisation actuelle, depuis l’émergence de la civilisation sumérienne, quand les Sumériens ont mystérieusement surgi avec leurs connaissances et leurs informations— que nous avons atteint ce moment où les choses ne vont pas bien du tout pour nous sur cette planète. Nous sommes une espèce pleine de confusion sur cette planète, nous ne connaissons pas nos origines, nous ne comprenons pas notre place dans l’univers et il existe un sentiment très ancré de désespoir et d’anxiété qui envoie des ondes de choc sur la planète. En d’autres termes, si nous nous écartions de cette planète et la regardions, il deviendrait limpide que la planète elle-même est un être vivant et que les gens qui vivent sur la planète sont dans un état de choc. Nous sommes à la fois en tant qu’espèce et en tant que planète dans un état de choc. Et en état de choc, il n’est pas possible de prendre les bonnes décisions. Pour ceux d’entre vous qui ont écouté Bruce Lipton, vous comprendrez que quand vous êtes en état de choc cela stoppe le flux de sang qui monte dans votre cerveau. Et cela affecte non seulement la race humaine mais la planète également.

Donc, nous avons atteint un stade dans notre évolution où les choses vont si mal, où il y a tant de malheurs, tant de tristesse et d’anxiété et tant de tensions, et tant de stress parmi les humains sur cette planète que nous ne pouvons même pas concevoir quoi que ce soit d’autre, quoi que ce soit de différent que ce dans quoi nous sommes piégés. Donc, j’aimerais vous présenter le concept de contributionisme. Ce que j’appelle le contributionisme c’est quelque chose de complètement différent, c’est un système sociopolitique que nous n’avons jamais imaginé auparavant. Il est différent du communisme, différent du capitalisme, différent du consumérisme, différent de tout ce que nous avons testé ou essayé auparavant. Je l’appelle le projet post-capitalisme, post-consumérisme, post-apocalypse pour le nouveau monde et le « Nouvel Ordre Mondial » ; et c’est exprès que j’utilise cette expression de Nouvel Ordre Mondial parce que j’ai compris que ce sont le nom et l’expression utilisés par l’élite qui contrôle cette planète et qui essaie d’introduire un soi-disant nouvel ordre mondial qui est une solution à nos problèmes, enrobée de sucre, mais qui produira beaucoup plus de malheurs et de désespoir dans les milieux financiers et dans l’état de la race humaine comme nous le savons aujourd’hui.

Donc, le contributionisme est quelque chose de complètement différent. Premièrement, je voudrais vous demander de quoi nous avons besoin en tant qu’espèce. De quoi avons-nous besoin sur cette planète ? Depuis que j’ai commencé mes recherches sur L’espèce serve de Dieu, ce qui fait environ et au moins cinq ans, depuis que j’ai commencé à l’écrire et finalisé les dernières étapes de la recherche, et depuis que j’ai fait ces étonnantes découvertes du Calendrier d’Adam et des Temples des dieux africains, j’ai réalisé qu’il y eu d’antiques civilisations sur la planète Terre qui opéraient de manière totalement différente des structures sociopolitiques que nous avons aujourd’hui. Rappelons-nous que l’argent ne fait pas partie intégrante de l’évolution humaine. L’argent n’est pas quelque chose qui mystérieusement est devenue une composante de notre système évolutif ; c’est cela qu’on a voulu nous faire croire. On nous l’a si bien vendu que nous avons fini par croire que l’argent est une extension naturelle des principes évolutionnaires propres à la race humaine. Ce n’est pas le cas. Il y eut un moment dans l’histoire humaine où l’argent a été introduit de façon insidieuse et perfide auprès de la race humaine, l’homo sapiens, en tant qu’outil d’asservissement. Et c’est très important que nous arrivions à l’accepter et à vivre avec ce fait. Ce n’est pas quelque chose que nous avons développé parce que c’était pratique ou parce que nous avions besoin d’argent.

Posons-nous la question : les principes fondamentaux du contributionisme sont un monde qui fonctionne sans argent, sans aucune forme d’échange et, plus spécifiquement, sans aucun concept de valeur. Donc, le contributionisme c’est pas d’argent, pas d’échange et aucune idée de valeur. Les choses n’ont pas de valeur. Cette déclaration à elle seule est très très dure à digérer pour beaucoup de gens et je dois admettre que pendant mes quatre ans de recherches, quand j’ai commencé mes recherches en petits groupes de 20 personnes maximum il y a quelques années, pendant les soirées, cela s’échauffait ! Et j’ai presque été attaqué par certaines personnes qui m’ont dit «Comment osez-vous suggérer de m’enlever tout ce pourquoi j’ai travaillé dur toute ma vie !» Clairement, ce n’est pas ce qu’est le contributionisme. Ce qu’est le contributionisme —et ça devient très dur ici— c’est que chacun obtient tout ce dont il a besoin ; quoi qu’il désire, il l’obtient. Je sais que cela ressemble à un rêve utopique, mais croyez-moi, ce n’en est pas un. La raison pour laquelle nous pensons tout de suite qu’il s’agit d’un rêve utopique c’est parce que chaque décision que nous prenons dans ce monde aujourd’hui, toute décision que nous prenons, toute chose que nous considérons, toute idée d’affaire qui nous vient à l’esprit est directement lié et contrôlée par la façon dont nous avons été façonnés par le monde capitaliste. Et toutes nos pensées et nos plans sont directement liés aux principes capitalistes et financiers. «Qu’est-ce que je peux en tirer ?», «Si je fais ceci, qu’est-ce que je vais en tirer ?» etc. C’est une force très subtile mais très puissante qui est en jeu ici.

Donc, revenons à nos moutons : de quoi avons-nous besoin ? En tant qu’espèce, en tant qu’humains, en tant que personnes vivant sur cette planète, de quoi avons-nous besoin ? Nous avons besoin d’amour, de nourriture, d’abris, de santé, d’éducation, de sécurité, de musique, d’eau, d’énergie, de vêtements, de plantes, de tables et de chaises, de batteries de cuisine, de transports, d’oiseaux, de fruits, de choses merveilleuses, d’amitié… tout ce que vous pouvez imaginer. La seule chose dont nous n’ayons pas besoin c’est d’argent. Ça, c’est très important. NOUS N’AVONS PAS BESOIN D’ARGENT. Beaucoup de gens diraient d’instinct, «mais pour acheter tout cela, nous avons besoin d’argent !». C’est faux, ce n’est pas vrai. Ne croyez pas cela, ne tombez pas dans ce piège. Nous n’avons pas besoin d’argent pour avoir aucune de ces choses. C’est très très important. C’est un principe fondamental du contributionisme.

Fin de la deuxième partie.

Source : https://youtu.be/UHSfpzxPUrg


TROISIÈME PARTIE

Expliquer le contributionisme n’est pas chose facile parce que cela revient à mettre sens dessus-dessous tout ce que nous avons appris et tout ce que nous comprenons, dans la mesure où la façon dont le monde fonctionne maintenant est, au fond, une structure pyramidale dans laquelle très peu de gens contrôlent le plus grand nombre qui travaille pour le petit nombre et qui produit de plus en plus d’argent pour le petit nombre au sommet. Mais, comme nous le savons, les opérations pyramides ne durent qu’un certain temps jusqu’à ce qu’elles implosent, qu’elles s’effondrent. Dans le contributionisme, vous prenez la pyramide et vous la renverser et à la base ce que vous obtenez, le modèle que vous obtenez par le contributionisme, c’est, par exemple, si j’étais cordonnier dans une société capitaliste mon modus operandi serait de fabriquer une paire de chaussures au coût le plus bas et qui va se dégrader le plus vite possible de façon à ce que mon client ait à en racheter une autre, et en plus je dois la lui vendre le plus cher possible. Donc, pour résumer : je dois faire des chaussures au coût le plus bas, je dois les vendre au prix maximum pour maximiser mes profits, mais elles ne doivent pas durer très longtemps car les clients doivent revenir très vite pour en racheter de nouvelles. Ça, c’est le mode de pensée capitaliste.

Dans le contributionisme, ce même cordonnier se dirait ‘comment puis-je faire une paire de chaussure si bien que la personne qui les achètera n’aura jamais plus à en racheter une autre dans sa vie ?’. C’est une approche de la vie totalement différente. Si vous appliquez cette approche à toute chose et que vous comprenez comment elle retourne la pyramide sur son sommet et répand la base de la connaissance et de l’information —la science, la connaissance, l’information, la technologie, tout— comme un feu de brousse, c’est une croissance exponentielle des connaissances et de l’information car, rappelons-nous, il n’y a aucun profit, aucun gain financier à se faire dans cette structure.

Et j’entends déjà ce que vous pensez, vous vous dites : ‘Comment ça va marcher ? Comment aurons-nous les moyens de tout ça ?’ Vous voyez ‘Comment aurons-nous les moyens’ et ‘Qui va payer pour tout cela’ tout de suite nous sommes automatiquement happés dans le mode de pensée capitaliste, et cela prendra un certain temps pour sortir de ce moule pour commencer à penser dans le mode vraiment contributioniste. À la base, le contributionisme signifie que tout le monde travaille ensemble dans un but commun. Chacun fait un petit peu pour le plus grand bénéfice de tous. Donc, si tout le monde contribue juste un petit chouia, l’abondance en tout sur la planète Terre sera tout à fait époustouflante, et c’est bien ce que je veux dire : époustouflante ! Les calculs et les mathématiques que nous avons faits sur ce sujet sont spectaculaires quand nous voyons à quel point la population globale a si peu à faire individuellement pour créer une quantité obscène d’abondance en tout ce que vous pouvez imaginer.

Ceci est un point important car, à ce stade, vous réalisez que le contributionisme n’est pas juste une solution d’urgence à nos problèmes mais est, en fait, un système sociopolitique qui est conçu pour et qui vise les gens qui aspirent à un niveau de conscience supérieur, à élever la conscience et à la répandre, ainsi qu’à croître vers une plus grande compréhension de notre place dans l’univers en tant qu’êtres spirituels piégés dans ces corps physiques. Des êtres spirituels ayant une expérience physique sur une planète nommée Terre, et qui s’évertuent à atteindre un plus haut degré de compréhension et de conscience. C’est le but du contributionisme : c’est un projet et une fondation pour ce mode de pensée, et c’est un tremplin et une base pour se diriger vers ce mode de vie. Donc, il est directement lié à notre Créateur, à notre Création, et nous donne beaucoup de réponses, on espère, à travers la compréhension de son fonctionnement merveilleux.

A présent, je vais vous initier à différents aspects du contributionisme. Ceci était juste une courte introduction pour vous faire comprendre où je veux en venir. Maintenant, nous allons aborder les points les plus essentiels et les plus fondamentaux pour bien comprendre comment tout cela peut être mis en œuvre et pourquoi ce système ne va pas s’effondrer. C’est un point important car durant mes quatre années de recherches, tout le monde était inquiet de savoir si ça ne va pas s’effondrer, s’il ne sera pas exploité, si je suis un fils de pute fainéant je vais juste rester chez moi à glander… Ce sont les questions que les gens se posent évidemment et qui montrent à quel point nous avons été conditionnés par le système capitaliste. Rappelez-vous, et c’est un bon exemple, dans le contributionisme tout le monde obtient tout gratuitement. Tout est disponible pour tout le monde, des scientifiques qui construisent des fusées et des vaisseaux spatiaux qui vont aux confins de notre cosmos aux cordonniers, aux chefs cuisiniers, aux souffleurs de verre, à tout ceux que vous pouvez imaginer : de ceux qui veulent planter des végétaux à ceux qui veulent s’occuper des enfants des autres, quel que soit. C’est un système aux multiples facettes et bien intégré qui fournit une place à tous et à chacun parce que c’est précisément de cette façon qu’il est structuré.

Ce qui est également important de comprendre c’est que ce n’est pas un système basé sur la règle de la majorité. En fait, le contributionisme est un concept qui peut faire peur au début parce que, à son niveau fondamental, c’est la minorité qui fait la règle, mais quand on enlève le principe capitaliste de l’équation, on se rend compte que la règle de la minorité est la seule façon d’avancer parce qu’il y a tant de populations variées, tant de vocations différentes, tant de passions, de formes d’art, d’intérêts dans le monde que l’on ne peut pas avoir une règle basée sur la majorité, car c’est équivalent à forcer les gens à la soumission. Et le fait que nous ayons été si dupés et désorientés à croire que le capitalisme et la démocratie nous donnent la liberté nous montre clairement comment ce jeu s’est développé et à quel point nous avons été lavés du cerveau et conditionnés à croire à ces choses comme à une religion : que l’argent gouverne tout, que si tu travailles dur à ta carrière et que tu as du succès alors tu pourras te construire un petit pécule, et puis tu meurs et quoi ? Rappelons-nous, dès l’instant de notre naissance jusqu’au moment où nous mourrons, cette vie que nous menons en tant que personnes, en tant qu’êtres spirituels piégés dans ces corps physiques, cette vie que nous menons tourne essentiellement autour de l’argent, du premier souffle au dernier tout tourne autour de l’argent : ceci ne peut pas être le but de notre vie sur cette planète ! Mes frères, il faut absolument contextualiser cela, il faut digérer cela, il faut arriver à accepter cela : l’argent n’a rien à y faire ! Le but est de faire l’expérience de la vie, d’élever votre âme, de comprendre, d’aspirer et d’essayer de se connecter à cette chose que l’on appelle la conscience et la connaissance supérieure de notre place dans l’équilibre de l’univers et notre place dans cet univers. Je vous en prie, ne soyez pas piégés par la croyance selon laquelle l’argent est important et est la racine de toute chose : nous n’avons pas besoin d’argent.

Au prochain épisode de cette introduction, je vous ferai faire un voyage de découverte des composants fondamentaux du contributionisme et pourquoi le contributionisme ne va pas s’effondrer, entre autres. Rappelez-vous, chacun est précieux, nous sommes tous UN, nous faisons tous partie du même être, de la même conscience universelle. Nous ne sommes pas séparés, nous ne sommes pas divisés. On nous a trompés en nous disant et en nous faisant croire que nous sommes séparés et divisés. À partir du moment où nous comprenons que nous sommes tous UN, une partie de cette même conscience universelle, de ce même être universel, nous irons beaucoup plus loin dans notre acceptation de cette philosophie et de cette compréhension que si nous faisons du mal aux autres, c’est à nous-mêmes que nous faisons du mal.

Donc, on s’arrête là pour l’instant. Nous reviendrons aux composants fondamentaux du contributionisme dans le prochain épisode.

Fin de la troisième partie.

Source : https://youtu.be/LfqFaeRyhFA


QUATRIÈME PARTIE (et fin)

Bonjour. Bienvenus à ce nouveau segment qui dévoile et expose le concept de contributionisme. Certains d’entre vous peuvent être confus à ce stade, je sais que beaucoup de gens sont excités par ce concept et je vais essayer de le décortiquer du mieux que je peux. Je ne vais pas lire cela, je ne vais pas l’écrire pour vous le lire, je vais juste le partager avec vous tel que ça vient à l’esprit, comme les pensées me viennent sur la base de mes recherches et du travail que je fais sur tout ça, les hauts et les bas, etc.

Donc, dans ce nouveau petit segment, la première chose que j’aimerais vous dire c’est d’imaginer un monde où tout le monde pourrait suivre ses passions, suivre ses rêves, suivre ses talents, ses capacités naturelles qui sont une bénédiction pour un être humain, quelle que soit cette capacité parce que par essence c’est ce que nous devrions faire. Et la réalité brutalement et horriblement dégoûtante c’est que c’est ce que nous ne faisons pas ; nous réprimons toutes nos capacités naturelles et tous nos talents naturels. Eh bien, c’est cela le système capitaliste et sociopolitique dans lequel nous nous trouvons sur cette planète. Il est structuré de façon telle que la première chose qu’il parvient à faire c’est de réprimer toutes nos capacités naturelles, ce qui nous oblige à être «éduqués» avec toutes sortes de choses qui ne nous intéressent pas nécessairement et nous force à faire une carrière qui ne satisfait pas la plupart des gens à 100% mais ils la poursuivent parce qu’ils pensent que c’est une bonne carrière et qu’ils vont pouvoir faire de l’argent, et c’est pourquoi ils le font. Ou alors ils n’ont pas de carrière et ils essaient simplement d’avoir un emploi ou de faire n’importe quoi pour avoir de l’argent. Une fois de plus, cela tourne autour de l’argent ; de notre premier à notre dernier souffle, il est question d’argent.

Alors, imaginez si nous pouvions effacer cela d’un revers de manche et dire ‘si vous deviez vous réveiller demain matin, et faire ce qui vous passionne’, que ce soit planter des arbres, souffler du verre, ou trouver des solutions scientifiques pour de nouvelles énergies, quoi que soit, vous pouvez vous réveiller demain matin et suivre votre passion, suivre vos capacités naturelles, votre instinct naturel. C’est cela l’essence du contributionisme. Je sais que des tas de gens commenceront à dire ‘Ah, je sais que cela ne marchera pas, cela ne peut pas marcher’. Laissez-moi vous rassurer : cela peut marcher et cela va marcher, et cela marche ! Nous avons été conditionnés à penser que cela ne peut pas marcher. Et il vous faut vous débarrasser l’esprit de cela. Il faut débarrasser votre système de cela d’une façon ou d’une autre. Parce que ceci est probablement le système le plus proche de celui sur lequel fonctionne l’univers. Imaginez d’autres planètes, d’autres systèmes stellaires, d’autres êtres sur d’autres planètes utilisant le concept de l’argent, c’est absolument ridicule. C’est insensé de considérer cela.

Il y a une déclaration très courante que l’on entend dans la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui et cette déclaration que l’on entend presque tous les jours particulièrement si vous êtes dans le milieu des affaires, des finances ou de l’investissement : et cette expression c’est «Ce n’est pas financièrement viable», «Non, nous ne pouvons pas faire cela car ce n’est pas viable financièrement», ou «Non, ça ne va pas marcher parce que ce n’est pas financièrement viable». On entend cela tout le temps. Tout entrepreneur qui a voulu faire quelque chose, toute personne créative qui a tenté de suivre ses passions ou de faire ceci ou cela a rencontré, à un moment ou à un autre, un banquier, un financier ou un prêteur, qui lui a déclaré «Désolé, nous ne pouvons pas vous aider car le projet n’est pas financièrement viable». Cela peut sembler être une déclaration innocente à beaucoup de gens, mais malheureusement dans ma vision des choses et de mon point de vue, c’est le cancer qui nous maintient en servitude parce que dans cette déclaration gît une sombre et profonde réalité que nous devons explorer. Et si nous retournons cette déclaration, par essence ce qu’elle signifie vraiment «Ce n’est pas financièrement viable», ce que cela veut vraiment dire c’est que des millions de gens dans le monde, des milliards de gens dans le monde ne peuvent pas suivre leurs passions, ne peuvent pas faire ce pour quoi ils ont des talents et capacités naturels, ce pourquoi ils sont doués parce que notre système financier et sociopolitique les empêche de le faire. À présent, comme vous le savez maintenant, c’est cela qui met les gens et le système, l’organisme que nous appelons ‘êtres humains’ sous une pression énorme de stress. Et quand les gens ou les cellules sont stressés, cela s’appelle maladie et cela devient une croissance cancéreuse. Et c’est contre cela que nous luttons : «Ce n’est pas viable financièrement» est un cancer que nous devons éradiquer de notre vocabulaire et du système dans lequel nous fonctionnons sur cette planète.

Donc, imaginez que vous vous réveilliez demain matin et que vous fassiez la chose quelle qu’elle soit que vous être prédisposés à faire… C’est la structure fondamentale du contributionisme. Mais comment arriver à l’implémenter ? Là, ça devient excitant, on atteint le gras du ventre, la fondation et les composantes sur lesquelles on construit le contributionisme. Et c’est vraiment excitant parce que c’est vraiment un procédé très créatif ; c’est un principe créatif et un procédé créatif, et toutes les personnes qui jusqu’ici durant mes quatre années de recherches ont été impliquées dans ce projet ont été aussi excitées que je l’ai été parce que c’est tout à fait ça. Rappelons-nous que la Création fait partie de Dieu, de l’esprit créatif, donc quand vous créez, quand vous permettez aux gens d’être libres de créer, de manifester leurs capacités et leur créativité naturelles, vous avancez en conscience et en spiritualité, vous avancez plus près de Dieu et comprenez les choses plus importantes que nous ne comprenons pas encore, et ainsi de suite.

Très clairement et très rapidement vous pouvez voir que le contributionisme est un système très spirituel basé sur l’élévation continue de la conscience et du partage constant de l’amour, de la connaissance et de l’information de façon à ce qu’il croisse de façon exponentielle vers le haut.

Les quatre bases du contributionisme, de la façon dont je l’ai structuré, sont très basiques et c’est à partir de ces quatre bases que la plupart des autres choses évoluent et germent en deviennent des sous-sections. Ces quatre bases sont comme la hiérarchie de Maslow : Nourriture, Logement, Santé, Instruction, puis vous ajoutez la Sécurité. C’est pile ou face. Sécurité, Système Légal, Structure Légale. C’est très simplement exposé devant vous sur la table de façon à ce que vous puissiez commencer à y réfléchir : Nourriture, Logement, Santé, Instruction, et Droit et Sécurité.

Je vais finir ce segment ici et reprendre dans le prochain en traitant les aspects distincts des quatre bases du contributionisme. C’est très beau ! J’ai hâte de partager cela avec vous.

Fin de la quatrième et dernière partie.

Source : https://youtu.be/6BIqDbOgT_M

.


i Terme inventé par Michael Tellinger pour désigner ce nouveau système socio-politico-économique qu’il a conçu.

ii La traduction de ces livres est comme suit sans présumer de celle qui sera finalement choisie par les éditeurs français qui seront intéressés à publier ces ouvrages : L’espèce serve de Dieu, Le Calendrier d’Adam et Les temples des dieux africains.

Publicités