LES «OFFICIERS DE LA PAIX»

anna-von-reitz

Par Juge Anna von Reitz

Voici une véritable perle à partager avec tous les mercenaires corporatifs hors de contrôle qui prétendent être des officiers de la Paix… Ils n’ont :

.

  • aucune fonction officielle et, par conséquent,
  • aucune autorité publique qui soit différente de toute autorité publique dont chacun de nous jouit,
  • aucun engagement public, et, dans la plupart des cas,
  • aucune assurance responsabilité civilei.

Ils ne font que PRÉSUMER avoir été élu à une fonction publique alors que ce n’est pas le cas, et ils PRÉSUMENT que leur employeur les a pris en charge et a payé leur assurance responsabilité civile, mais dans la plupart des cas que j’ai étudiés, ce n’était pas vrai. De l’argent est bien sorti des caisses du Trésor Public pour l’assurance responsabilité civile, généralement étiquetée «gestion du risque», mais aucune obligation ou police d’assurance n’a été payée pour les employés.

C’est la même chose s’agissant des juges fédéraux et les juges fédéraux «d’État». De tels juges sont tenus d’avoir cinq titres de compétences enregistrés :

  • la licence,
  • l’attestation de serment,
  • le bon de garantie,
  • le cautionnement,
  • le renoncement au Kol Nidréii et au serment maçonnique.

… et aucun ne s’y tient !

La portée de l’obligation, à mon sens, consiste pour l’entreprise à couvrir ses propres arrières en admettant que ces «lois» corporatives ne peuvent être appliquées à des gens mais seulement à des «personnes». Le Motu Proprioiii émis par le Pape François le 11 juillet 2013 fait passer le message de façon encore plus spécifique et enfonce le clou – rendant les juges, les clercs et autres 100% responsables et commercialement imputables – ils encourent des saisies, y compris agricoles .

Dans l’affaire Bond vs. UNITED STATES, 529 US 334 – 2000, la Cour Suprême a déclaré que le peuple américain est en fait souverain et non les États ou le gouvernement. La Cour a déterminé que les officiers du maintien de l’ordre aux niveaux local, étatique et fédéral commettaient des actions illégitimes contre le peuple souverain en faisant appliquer les lois et sont personnellement responsables de leurs actions.

Un autre point intéressant est que la «Loi sur la Bravoure Volée»iv rend illégal au sein du système fédéral le fait que des policiers locaux s’habillent ou agissent comme des militaires ou prétendent d’une manière ou d’une autre faire partie de l’Armée. Alors quand ces rustres courent partout en tenues de combat et camouflages, brandissant des fusils d’assaut à hauteur de votre nez, refusant de vous délivrer des mandats en bonne et due forme, refusant de décliner leur identité tout en prétendant être des personnels «chargés de faire appliquer la loi», et eux et leurs patrons politiques devraient être avertis qu’il s’agit là d’une violation des lois des États-Unis fédéraux et que les habitants des États-Unis continentaux sont tout à fait dans leur bon droit d’abattre ces poulets s’ils pénètrent sans autorisation sur leur propriété privée ou s’ils les agressent verbalement ou physiquement.

Mettez ça sous le nez des commissaires du comté – qui, soit dit en passant, ont autant d’autorité sur la terre que les officiers du club local de golf et les «maires» des diverses «organisations» municipales qui ont autant d’autorité que le Rotary Club ; dites-leur ce qui se passe, par écrit et de façon claire, au nom de votre comté, AVANT qu’il y ait du grabuge sur la terre et à l’encontre de civils vivants qui y habitent, de façon à ce qu’ils ne puissent opposer aucun démenti plausible.

Rien n’est plus attachant qu’un politicien qui se prend les pieds dans le tapis et ne sait où se mettre quand c’est le chaos… à moins qu’il ne s’agisse du même politicien qui réalise qu’il n’aurait pas dû être aussi bête pour interférer dans votre juridiction de la terre des États-Unis continentaux.

Cela réchauffe le cœur de les voir battre en retraite le long de l’avenue centrale jusqu’à la mer…

Par Juge Anna von Reitz, 2015

Traduit de l’anglais par BibiCabaya (22 janvier 2017)

Source : http://annavonreitz.com/peaceofficerfraud.pdf

.


Les notes de BibiCabaya :

.

DIR ADMINISTRATION POLICE NATIONALE est une entreprise privée enregistrée à Dun & Bradstreet sous le N°579005547 (quartiers généraux) code d’activité : 9199 : administration publique, gouvernement général – non classifié ailleurs.

dir-adminstration-police-nationale-headquarters

Un autre aperçu sur societe.com.

SOUS-DIRECTION DE LA FORMATION ET DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES (formation des policiers) est une entreprise privée enregistrée à Dun & Bradstreet sous le N°392524828 (quartiers généraux) code d’activité : 9221 : administration publique, protection policière.

sous-direction-de-la-formation-etdeveloppement-des-competences-police

Ceci signifie qu’un policier qui vous tabasse, vous crève un œil avec son flashball ou vous asperge de gaz est comme un voisin qui vous tabasse, vous crève un œil et vous asperge de produit illicitev : il n’en a ni le droit ni la prérogative. Il n’a pas «l’autorité» de vous causer du tort, physique ou autre, sous prétexte de «maintenir l’ordre» ou de «mener une enquête». Il n’est qu’un employé d’une entreprise privée et les règles de son entreprise ne s’appliquent qu’à lui, à ses collègues et à sa hiérarchie. Vous n’êtes pas concernés… sauf si vous choisissez de l’être.

Il faut bien comprendre qu’il ne reste dans le monde que très peu de gouvernements légitimes et que la France n’en fait pas partie. Il suffit, d’ailleurs, de voir où se dirige son intérêt et d’observer ses actions pour voir que son intérêt est strictement financier (comme pour toute entreprise) et que ses actions s’orientent vers le profit uniquement (démantèlement de toutes les protections sociales et vente du patrimoine national) et non vers le bien du peuple (des centaines de SDF meurent dans les rues de France chaque année, la pauvreté est instaurée et maintenue alors que la solidarité – qui limite le profit – tend à être criminalisée).

Si vous êtes en possession de tels documents, vous pouvez commencer à entrevoir la possibilité de vous prémunir contre ces sociétés privées qui s’arrogent tous les droits et tentent de diminuer les vôtres (vos droits innés et imprescriptibles qui vous sont accordés par le Créateur Primordial par droit de naissance), c’est-à-dire de mettre au point une stratégie. Tout est commercial en ce monde (nous sommes dans une prison commerciale) et l’action doit être menée sur le terrain du DROIT DES CONTRATS. Je l’ai mentionné dans un article intitulé CORPORATOCRATIE publié le 03 décembre 2014 sur mon ancien blog (https://bibicabaya.com/), lequel a été piraté en octobre dernier et que j’ai récemment abandonné.

Notez également que L’ASSEMBLÉE NATIONALE qui votent des «lois» auxquelles aucun de nous n’est soumis (nous pensons l’être et nous comportons comme si c’était le cas) est une entreprise privée également. Recherchez-là chez Dun & Bradstreet ! Ceci signifie que les «lois» qu’elle pond sont, en fait, des statuts, son règlement intérieur, et ce règlement ne s’applique qu’à ses employés… Bonne nouvelle, non ?


i Pensez-vous que les policiers (employés du privé se prenant pour des «fonctionnaires») ont une assurance responsabilité civile dans l’exercice de leurs fonction en France ? Je n’ai pas d’information sur la question. Toutefois, je constate que quand il y a des agressions et des crimes commis par les policiers contre la population, AUCUNE ASSURANCE des policiers ne rentre en jeu pour DÉDOMMAGER LES VICTIMES qui en sont pour leurs frais.

ii Prière juive de renoncement à ses promesses, serments et engagements.

iii Les tribunaux opèrent sous l’égide du VATICAN.

iv Stolen Valor Act.

v Ces produits sont interdits donc, logiquement, les policiers ne devraient pas les utiliser contre nous. Toutefois, leurs statuts (règlement) les autorisent à utiliser de tels produits MAIS SEULEMENT SUR EUX-MÊMES ET LEURS COLLÈGUES (et leur hiérarchie 😊) car nous n’avons signé aucun contrat avec POLICE NATIONALE acceptant sciemment, volontairement et intentionnellement d’être aspergés par ces produits illicites et dangereux, ni d’avoir les yeux crevés par leurs flashballs, ni d’être tabassés pour quelque raison que ce soit…

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

…….

Publicités